Lettre à Michel DRUCKER

Publié le par Annie

 Voilà la 1ère lettre que j'ai adressée à Michel DRUCKER. Cette lettre date du 15 occtobre 2008, elle est restée sans réponse mais surtout sans aucun effet!!

 

Le 15 octobre  2008


  Michel bonjour,

  Jusqu’à aujourd’hui, je ne me suis jamais permis de solliciter un homme comme vous, qui connaît parfaitement son métier et son public. Je regarde très, très régulièrement vos émissions et particulièrement « vivement dimanche » , mais il me semble qu’aujourd’hui, il manque un homme, à votre palmarès.

Cet artiste a eu un immense succès en 1982, et vous le savez d’autant plus Michel, que c’est vous qui l’avez accueilli le premier, et puis, après « Louise », pratiquement plus rien, un oubli des médias. Cet homme a une voix, une présence, une tendresse, une richesse, inégalées.

Il y a quelques mois, Patrick SEBASTIEN lui redonnait la possibilité de chanter « Louise » et depuis, nous sommes très très nombreux, (et nombreuses bien sûr) à nous être souvenus que Gérard BERLINER était exceptionnel.

Alors, je suis allé sur son site, alors  j’ai écrit sur son livre d’or,  pour lui dire à quel point j’aimais ce qu’il faisait, à quel point je m’excusais de l’avoir oublié durant toutes ces années. Mais ce n’était pas de l’oubli, c’était une amnésie temporaire.

Et puis,  je suis allé à Avignon, pour aller voir « mon Alter HUGO », et là, tout était dit. Entre l’humour et les larmes, l’amour et le drame, les paroles d’HUGO sont tellement bien mises en musique, en voix,  par Gérard, qu’on se demande comment la chanson française a pu se passer de lui durant toutes ces années.

Ça ne peut plus durer, on ne peut pas encore passer 20 ans sans BERLINER.

Depuis Brel, un certain vide s’est établi. Certes, beaucoup d’artistes se sont installés, ont énormément de talent ; des chanteurs, des comédiens, des musiciens ; mais combien sont à la fois chanteur, musicien, comédien, je rectifie : excellent chanteur avec une voix qui vous donne des frissons, excellent musicien qui donne aux notes une grandeur majestueuse, excellent comédien qui se glisse à l’intérieur d’un personnage jusqu’à se faire oublier. Combien, Michel ?

 

La force, la bonté, la tendresse, la richesse de cet homme sont exceptionnelles. C’est bien la première fois que j’écoute un cd en boucle  sans m’en lasser ; sa voix d’un timbre et d’une profondeur sans égal ne transmet que bonheur et frissons.

  Je suppose, Michel, que vous êtes allé le voir au petit gymnase, à Paris, pour voir « mon Alter Hugo » ou bien alors pour  son spectacle Reggiani. Tiens justement REGGIANI, voilà un peu à qui il me fait penser, le charme en plus !!

  Michel, vous lui avez donné sa chance en 82 ; à part vous, qui peut aujourd’hui lui permettre de relancer sa carrière ? Qui a aujourd’hui l’audience nécessaire pour rappeler qu’un artiste donne un spectacle grandiose sur la vie de Victor HUGO et que cet homme, c’est BERLINER ? Qui aura assez d’audace pour lui consacrer une émission ?

 

Il est en train de se passer quelque chose dans le milieu artistique français, ne le loupez pas Michel, ne laissez pas un autre s’emparer du phénomène, parce que BERLINER, c’est un phénomène, c’est monumental, c’est à tomber par terre, et je ne m’en relève pas. Je ferai tout pour que cet homme, négligé par les médias, soit enfin reconnu. Tout !

 

Si je tente de vous convaincre, Michel,  c’est bien parce que BERLINER mérite, à tout prix, qu’on s’intéresse à lui et que nous, public, sommes frustrés de ne pas le voir à la télé, de ne pas l’entendre sur les ondes.

  Ignorer un homme d’une telle vérité est inconcevable. J’oserais même dire que BERLINER est aussi indispensable au milieu artistique que DRUCKER a la télé.

 

Certes, cette comparaison est facile, mais pleine de vérité, et vous le savez.

 

 J’espère vraiment que vous saurez nous donner ce bonheur de nous parler de Gérard durant quelques heures, et si en plus ces quelques heures lui donnent à lui du bonheur, nous ferons le reste en étant encore plus nombreux à prendre du plaisir à venir l’applaudir.

 Après que BERLINER se soit, à ce point, investi pour Hugo, je peux, comme tant d’autres, pour qu’il brille, m’investir pour son plaisir, pour notre plaisir, et non pour mon ego.

 

Comme BERLINER aime si bien citer et chanter HUGO : aimer c’est agir !

 

Alors, agissons Michel.

 

J’aimerais tellement que cette lettre vous interpelle et ne passe pas au classement vertical. J’aimerais tellement que vous alliez le voir, si ce n’est déjà fait, et que vous ressentiez vous-même cette immense émotion, cet immense frisson qui vous pousse à agir.

 

Ne prenez surtout pas de décision sans aller le voir, sans aller le redécouvrir, sans aller ressentir, écouter, rire et pleurer, sans vous laisser submerger. Ne prenez pas de décision sans conviction, mais je le sais, vous êtes, vous aussi, un homme d’exception et vous serez conquis.

 

Je sais, à part « Mon Alter HUGO » qui date de 4 ans, il n’y a pas d’actualité pour l’instant, mais Gérard prépare je crois, un livre et un nouvel album, alors j’aimerais savoir Michel, allez-vous enfin lui redonner la chance de 82, allez-vous être LE TREMPLIN de sa carrière, afin qu’il redémarre.

 

Dans la négative, mais là vraiment, je ne comprendrais pas, je continuerai, auprès d’autres animateurs, à essayer de convaincre, inlassablement, tout en sachant que c’est l’audience de « vivement dimanche » qui peut permettre à BERLINER de conjuguer beaucoup plus allègrement les lendemains.

 

Je compte sur vous, dans l’anonymat de ma province.  Si vous pouviez au moins me dire, oui , Gérard BERLINER aura sa place dans  mon émission,  je me dirais que mon action aura servi un petit peu et je serais, bien sûr, pleine de bonheur, pour nous, son public, mais aussi surtout pour lui.

 

D’avance Michel, je vous dis merci et je compte sur votre réponse qui me ravirai,

 

Commenter cet article

Franck M 15/10/2011 17:21



Je crois avoir déjà écrit sur ce blog mais peu importe, il me vient le besoin de (re)dire combien j'ai découvert un homme qui m'a bouleversé par sa simplicité, sa gentillesse, sa profondeur, son
apparente mélancolie... les mots me manquent.


C'était je ne sais plus quand chez Mireille Dumas.


Je ne connaissais pas Gérard Berliner jusqu'alors, si ce n'est par la chanson Louise, évidemment.


Le "choc" a été d'autant plus fort. Dans ma vie -54 ans aujourd'hui- peu de personnes m'ont laissé une telle empreinte, en particulier chez les gens "connus"



angelina 23/07/2011 16:37



Sinceres condoleances a sa famille,il portait je ne sais quoi en lui de mélancolique,peut être son coeur a trop souffert  du déces de sa maman ?j'ai  découvert cet artiste en 82 nous
sommes en 2011 et je n'ai pas encore trouvé un artiste qui me donne tant d'émotions.



Dias Leocádia 08/07/2011 10:50



Pardon je t'ai pas dis ton sourir, ton humanité et l'artiste me manquent!.......



Dias 08/07/2011 10:48



La Nuit des Molières lui rendue un hommage? Une piètre photo dans la rubrique nécrologie des Artistes?


J'appelle pas ça un hommage mais encore une nouvelle insulte, il méritait mieux et plus! Je n'aurais jamais pensée en tout cas dans un avenir immédiat entendre dire que Gérard n'est plus, si ça
ne tiens qu'à moi il ne sera jamais oublié, nous avions la même médaille et Gérard m'a dis "garde là toujours sur toi, Elle m'a toujours porté bonheur et m'a toujours écouté" la petite médaille
bleue mon Gérard est toujours près de moi et toi dans mon coeur, Paix à ton Âme tu es maintenant de la Dame de ta petitte médaille bleue, plus besoin de la porter sous forme de bijou comme moi,
chaque fois que je la touche je pense à toi, repose toi et prie pour les hommes, car l'humanité va dans la mauvaise direction, passe le bonjour à tous les Grands comme toi!......



simonet christian 29/05/2011 09:24



     j'ai  redecouvert  cet  artiste  en  apprenant  sa mort . A  travers diverses videos ,


j'ai pu apprecier la simplicite de l'homme et l'immense talent de l'auteur ,compositeur ,


interpretre qu'il etait . Il meritait autre chose que l'oubli des medias .Qu'importe ,il


est de ceux qui valent vraiment un "chapeau l'artiste"...